English

Prix Hommage

Le conseil d’administration de Renaissance lac Brome a mis sur pied en 2016 un prix hommage pour reconnaître publiquement la contribution remarquable d’une personne, d’un groupe de citoyens, d’une organisation, d’une activité ou d’un projet visant soit l’amélioration de la qualité de l’eau du lac Brome et de ses écosystèmes, soit la restauration ou la conservation des écosystèmes et des milieux fragiles, soit la sensibilisation et l’éducation de la population aux bonnes pratiques environnementales, ou encore la mise en valeur du potentiel éco-touristique du territoire.

Prix Hommage 2016: La Famille Fisher-Kerrigan

De gauche à droite: Michel Delorme, Pierre Beaudoin, Marie-Andrée Leblond (artiste), Claire Fisher-Kerrigan, James Wilkins

De gauche à droite: Michel Delorme, Pierre Beaudoin, Marie-Andrée Leblond (artiste), Claire Fisher-Kerrigan, James Wilkins

Cinq générations de Fisher-Kerrigan ont habité et habitent encore sur les rives du lac Brome; elles ont certainement marqué de façon durable l’évolution du lac et de ses écosystèmes et plus globalement de notre communauté dans son ensemble.

D’abord, l’aïeul, Sydney Arthur Fisher, acquit en 1873 un vaste territoire d’environ 400 acres sur la rive est du lac, au nord et au sud de la Pointe Fisher, allant vers l’est jusqu’à la limite du canton de Bolton-Ouest. Une partie de ce vaste territoire est aujourd’hui occupée par les Condos du 400 Lakeside. Rapidement, sous le leadership de M. Fisher, exploitant agricole et homme politique très en vue, la ferme devint un modèle en son genre. Son exploitation était axée sur les méthodes scientifiques et elle fut certainement l’embryon du réseau des fermes expérimentales partout au Canada. À sa mort en 1921, Sydney Fisher créa un Fonds philantropique au bénéfice de l’éducation des jeunes et de la vie rurale, deux valeurs auxquelles il croyait profondément. M. Fisher versa dans ce fonds environ 1 million$ en dollars d’aujourd’hui. Quatre-ving quinze (95) ans plus tard, le fonds est encore en fonction et distribue annuellement des bourses aux étudiants.

Puis, son neveu Philip hérita de la grande maison qu’on appelait “Alva House” de même qu’une grande partie de la propriété. La “Alva Farm” et le reste de la propriété furent légués au gestionnaire de la ferme, M. Arthur Carter. M. Philip Fisher, aviateur et héro de la première guerre mondiale, aimait profondément le lac Brome; il souhaitait le protéger et fut probablement l’un des premiers adeptes de voile sur le lac Brome. De 1969 à 1992, M. Fisher (et après sa mort, son fils John) fit prendre quotidiennement la lecture du niveau du lac pour ainsi aider à mieux gérer le lac. En 1941, Philip Fisher fut un acteur important pour la rénovation du barrage Foster auprès de la Compagnie Southern Canada Power; le barrage rénové permit un meilleur contrôle du niveau du lac. Philip Fisher et son épouse Margaret Linton Southam eurent 6 enfants.

Plusieurs des enfants de Philip Fisher se sont installés sur les rives du lac, à proximité de la maison paternelle (Alva House) et y habitent encore. Parmi eux, il faut mentionner Claire Fisher. Mme Fisher, détentrice d’une maîtrise en travail social de l’Université McGill, mit ses talents et ses compétences au service de ses concitoyens moins fortunés. C’était notamment le début des services communautaires qui inspirèrent les CLSC par la suite. Mme Fisher fut l’âme instigatrice du journal communautaire « Le Tempo » dont elle est encore aujourd’hui l’une des artisanes les plus engagées.

En 1961, la condition du lac inquiétait déjà la population. C’est alors que fut créé l’organisme « Brome Lake Conservation Association ». Cette association vouée à la protection du lac eut comme premier président, M. Peter Kerrigan, mari de Claire Fisher. L’organisme multiplia les démarches pour améliorer la qualité du lac, notamment l’installation d’un réseau d’égout municipal lequel ne vit le jour qu’en 1974 après la fusion (1971).

En 1996, les deux autres filles de Philip, soit Sydney Duder et Martha Hallward, décidèrent de donner en conservation perpétuelle une importante partie de leurs terres originales. Il s’agit d’un boisé exceptionnel de 80 acres, aujourd’hui appelé « Boisé Fisher Woods » donné à la Fondation des Terres de Lac Brome et qui fait la joie de nombreux citoyens adeptes de randonnées.

Encore aujourd’hui, plusieurs représentants de la famille Fisher-Kerrigan sont présents au lac Brome; on en compte au moins cinq soutenant tous concrètement les activités de protection du lac.

Il nous fait plaisir aujourd’hui de reconnaître l’exceptionnelle contribution de la famille Fisher-Kerrigan à la qualité de vie de toute la communauté et à la protection du lac Brome et de ses écosystèmes.