English

Plus de science demandée: développement résidentiel

Plus de 110 personnes ont participé samedi matin le 9 décembre 2017, de 11 :00 à 13 :30 à la réunion de consultation publique convoquée par la Ville relativement au Développement Faubourg Lac-Brome sur le site de l’ancien golf Lac-Brome

Les présentations ont porté sur le cadre réglementaire et sur le projet lui-même. Les citoyens ont eu l’occasion d’exprimer leurs observations et leurs questions sur cet important projet qui transformera 64 hectares au coin de R243 et R215, à l’entrée de la ville. Les échanges ont été cordiaux et respectueux, chacun exprimant ses préoccupations et cherchant à proposer des pistes de solution.

Parmi les questions soulevées, mentionnons :

  1. Y a-t-il eu une étude de marché, sachant que les terrains sur la rue du Sanctuaire sont restés invendus depuis au moins 12 ans ? Le promoteur a indiqué que les terrains avaient été évalués par un évaluateur professionnel mais qu’il n’y avait pas eu d’étude de marché ; le promoteur s’attend à vendre ses terrains en moyenne 80 000$, selon une approche d’auto-construction sur plusieurs années. Comment éviter que le projet s’avère finalement un éléphant blanc ?
  2. Un autre citoyen a demandé si la Ville avait fait une analyse économique, sachant que les revenus additionnels de taxes ne se réaliseront pas dans les premières années et qu’il y aura possiblement des dépenses excédant les revenus : entretien des rues, déneigement, parc, etc. ; la Ville a indiqué qu’il n’y avait pas eu d’analyse économique.
  3. Un citoyen a demandé si le promoteur avait l’assurance qu’il n’y aura pas d’impact sur l’approvisionnement en eau potable des propriétés voisines ; le promoteur a mentionné qu’une étude très préliminaire par un hydrologiste avait été faite. Selon lui, parce que les terrains sont situés à une altitude inférieure au village de Foster, il ne prévoit pas d’impact sur la nappe phréatique ; un citoyen a corrigé que la plupart des terrains (70%) sont au même niveau que le village de Foster; un autre a insisté pour qu’une étude en bonne et due forme soit faite par un hydrologiste et soit une condition essentielle avant d’aller plus loin avec le projet ;
  4. Toujours sur le thème de l’approvisionnement en eau potable, le promoteur a dit que la quantité d’eau pompée par le golf pour ses fins d’irrigation est supérieure à la quantité nécessaire par les 50 maisons du projet ; plusieurs citoyens sont restés perplexes parce que la situation n’est pas comparable (sécheresse vs prélèvement continu, eau de surface, eau d’un puits artésien) !
  5. Un citoyen s’est interrogé sur la logique de la Ville de permettre ce développement sans services, alors qu’il y a un besoin depuis très longtemps de doter le secteur du village de Foster et de Lakeside Nord d’un système local de traitement des eaux usées ; la Ville a répondu qu’une telle approche avait été examinée mais qu’elle aurait comme désavantage de retarder le projet de plusieurs années, étant donné l’exigence d’inclure ce territoire dans le périmètre urbain, demande déjà refusée par Québec en janvier 2013.
  6. Un autre a mentionné son inquiétude quant à la qualité du sol, en particulier le secteur de la rue du Sanctuaire pour assurer le traitement adéquat des eaux usées et ne pas contaminer la nappe phréatique ; le promoteur a indiqué que des tests de percolation avaient été faits ; le citoyen a insisté pour qu’une étude plus complète soit réalisée.
  7. Un citoyen a demandé qu’un terrain de stationnement soit aménagé sur le terrain adjacent au Bureau de Tourisme pour donner accès au public à un espace public qui pourrait être les deux terrains en contre-pente (ancien « Golf Range ») pour des activités sportives; la Ville a indiqué être possiblement intéressée à faire l’acquisition du terrain le long de la R243.
  8. Quelqu’un s’est interrogé sur la démarche réglementaire de la Ville (utilisation du PPCMOI permettant des modifications en bloc au zonage) par rapport au plan d’aménagement d’ensemble (PAE) qui est prévu par le plan d’urbanisme et est beaucoup plus exigeant quant à la gestion du territoire ; la Ville a indiqué qu’elle avait fait ce choix pour des raisons de flexibilité et pour ne pas retarder le projet.
  9. Une citoyenne s’est inquiétée d’un élargissement de l’usage commercial de la zone, parce que cela pourrait compromettre d’autres commerces avoisinants, notamment les dépanneurs et une garderie voisine ? La Ville a indiqué que l’usage de « commerces de proximité » serait permis, ce qui a été questionné par un autre citoyen qui a fait valoir que le seul usage commercial à être permis dans cette zone doit être relié directement à des activités récréatives.
  10. Un citoyen s’est demandé pourquoi il était nécessaire que le promoteur obtienne autant de dérogations aux règlements en place et s’il ne serait pas possible de concevoir un projet qui respecterait les règles, d’autant plus que le terrain n’est pas encore loti ; le promoteur a indiqué qu’il aurait été très difficile de mettre en place un projet rentable en respectant toutes les normes.
  11. Le promoteur a indiqué qu’il n’y a pas d’accès spécifique au lac prévu dans le projet.
  12. Il a également indiqué que l’accès / sortie Sanctuaire sur le chemin Lakeside ne servirait qu’à des fins d’urgence.

En résumé, les citoyens désirent obtenir beaucoup plus d’assurances scientifiques et économiques, en particulier sur l’approvisionnement en eau potable et le traitement des eaux usées. Le promoteur et la Ville ont entendu les questions et les suggestions des citoyens. Un 2e projet avec ou sans modifications doit être adopté par le conseil de ville au cours des prochaines semaines / mois ouvrant la porte à l’approbation référendaire (pétition de registre, registre et référendum, s’il y a lieu) par les citoyens des 13 zones contigües.