English

Plantes aquatiques

Souvent, au grand désarroi de certains utilisateurs du lac, les plantes aquatiques font leur apparition dès le mois de juin. En trop grand nombre, elles peuvent devenir dérangeantes pour les utilisateurs du lac, qu’ils soient nageurs, kayakistes, pêcheurs ou plaisanciers. De plus, une trop grande densité de plantes aquatiques contribue à appauvrir en oxygène l’eau du lac. Également, certaines espèces envahissantes peuvent remplacer les plantes indigènes et nuire à la biodiversité du lac.

Il serait cependant faux de considérer les plantes aquatiques comme des ennemies, car elles contribuent malgré tout à améliorer la qualité de l’eau. En effet, elles aident à maintenir les sédiments au fond du lac, servent d’habitat pour une multitude d’organismes (dont le méné d’herbe, petit poisson vedette au lac Brome, considéré comme espèce vulnérable) et absorbent une bonne proportion des nutriments qui enrichissent le lac (elles font donc compétition aux algues bleu-vert).

En conclusion, la prévention reste le meilleur moyen de contrôler la densité des plantes aquatiques : installer une bande riveraine efficace, ne pas utiliser de produits susceptibles de nourrir les plantes (engrais). Également, éviter de brasser les sédiments et de fragmenter les plantes par les hélices à moteur.

Peu de citoyens sont capables d’identifier l’une ou l’autre des 35 espèces de plantes aquatiques qui poussent au lac Brome. Si le sujet vous intéresse, consulter la présentation ci-dessous.

Presentation sur les plantes aquatiques.

Plantes aquatiques ennemies ou amies (1589)