MEMBERSHIP

LA SANTÉ DU LAC

LES CARTES DU LAC
ET DE SES AFFLUENTS

LES RICHESSES DU LAC
J'Y TIENS

Écrevisses à taches rouges!!! 2017

Nous savons tous que le lac Brome est envahi par de grandes quantités d’écrevisses à taches rouges. Afin de contrer la situation, Renaissance lac Brome et ses partenaires sont à élaborer un projet de contrôle de cette espèce envahissante laquelle risque de proliférer partout dans le bassin versant de la rivière Yamaska.

Dans un premier temps, il faut déterminer la densité de présence de l’espèce et cela selon une approche scientifique. C’est pourquoi, RLB effectuera dans la semaine du 19 juin, une opération de récolte d’écrevisses à taches rouges sur environ 50 sites répartis sur toute la superficie du lac.

Il ne faudrait donc pas se surprendre de constater la présence inhabituelle de bouées sur le lac. Nous demandons aux utilisateurs du lac durant cette période d’éviter de déplacer ou de toucher aux bouées ainsi installées. Merci de votre collaboration.

62 espèces de libellules dénombrées dans la réserve faunique du Quilliams 2015-01-27

 Un biologiste et géographe, monsieur Alain Mochon, partenaire de Renaissance Lac Brome, a patiemment dénombré, au cours des saisons estivales 2013 et 2014, plus de 62 espèces de libellules (odonates selon la terminologie scientifique) dans la réserve faunique du ruisseau Quilliams. On compte plus de 140 espèces d’odonates au Québec. Les larves de certaines espèces sont utilisées comme indicateurs biologiques, à cause de leur sensibilité aux polluants présents dans l’eau. Un aussi grand nombre d’espèces répertoriées dans la réserve Quilliams indique la qualité exceptionnelle de cet important écosystème pour le lac Brome. Cet inventaire de libellules s’ajoute aux inventaires déjà réalisés par RLB concernant les oiseaux, les poissons, les reptiles et les amphibiens.

Les libellules jouent un rôle important dans nos jardins et notre environnement. Elles mangent des petits insectes tels que les moustiques et aident à en contrôler la population. Elles font aussi partie de la chaîne alimentaire des organismes vivants de l’écosystème aquatique en servant de nourriture aux grenouilles et les oiseaux.

Les anisoptères (libellules au sens strict) peuvent décoller à la verticale, faire du surplace et voler à reculons.

Le nombre important d’espèces de libellules présentes dans notre environnement démontre encore une fois que nous vivons dans un milieu sain et exceptionnel qui doit absolument être préservé.

Vous pouvez consulter le rapport avec les photos ici

La situation des poissons du lac Brome 2014-05-05

La situation des poissons du lac Brome (voir photo spectaculaire d’un achigan), le niveau du lac en 2013, les sédiments et la qualité de l’eau en général comptaient parmi les sujets abordés lors de l’assemblée générale annuelle tenue le 3 mai 2014, sujets qui ont suscité beaucoup d’intérêt et de questions.

Les membres présents ont élu 7 administrateurs (5 ont été reconduits) pour compléter le conseil d’administration de Renaissance lac Brome. Ce sont : 

  • Michel Delorme
  • Natalie Duzanec
  • Pierre Fortier
  • Elizabeth Posada
  • Richard Proulx
  • Gary Richards
  • James Wilkins 

L’Association sera donc dirigée par un conseil d’administration de 11 personnes. 

Le maire Burcombe en a profité pour adresser quelques mots aux quelque 66 membres citoyens présents. Le député fédéral Pierre Jacob était également présent. Merci à tous.

 

Inventaire des odonates (libellules) 2013-2014

Un inventaire de 64 espèces de libellules a été réalisé par le biologiste Alain Mochon dans la réserve faunique Quilliams au cours des étés 2013 et 2014 et mis à jour en mars 2016. Cet inventaire inédit constitue une preuve additionnelle de la qualité exceptionnelle de la réserve et de la nécessité de la préserver.

Écrevisse à taches rouges 2013

2013/08/17 Dans le cadre du projet d’inventaire des poissons du lac Brome, les biologistes nous signalent la présence d’écrevisses à taches rouges en très grand nombre. Il serait très important que les pêcheurs évitent à tout prix transporter cette écrevisse vers d’autres lacs et d’ainsi les contaminer.

Il s’agit d’une « écrevisse importée des États-Unis considérée comme envahissante et nuisible car elle a tendance à détruire et modifier la végétation aquatique, ce qui perturbe l’habitat de nombreux invertébrés, incluant les écrevisses indigènes » (voir Desroches et Picard, Poissons d’eau douce du Québec et des Maritimes, Ed. Michel Quintin, 2013).

L’écrevisse à taches rouges peut atteindre 10 cm et est facilement reconnaissable aux deux taches rouges circulaires de chaque côté du thorax. Elle a possiblement été introduite au lac Brome il y a quelques années par des pêcheurs qui l’ont utilisée comme appât.

 Nous ne croyons pas que cette écrevisse ait un impact négatif sur la qualité de l’eau ni de la baignade. Par contre, ses effets sur la faune sont plus ou moins connus. Nous tenterons d’en savoir plus. En attendant, inspectez vos embarcations et l’eau transportée (ballast ou autres).

Les sous-bassins versants 2012

En 2012, un mandat de caractérisation et de diagnostic du bassin de tête du ruisseau Coldbrook a été donné à une équipe de scientifiques du regroupement des associations pour la protection de l’environnement des lacs (RAPPEL). Ce projet réalisé en 2012 a permis de confirmer que le réseau routier est le principal responsable de la dégradation de l’eau dans ce secteur et que des mesures correctrices pour améliorer les infrastructures municipales seraient à implanter. Plus de 41 sites ont été identifiés et des propositions concrètes ont été faites aux autorités municipales. 

Par la suite trois autres rapports de caractérisation ont été réalisés:

  • Rapport de caractérisation du ruisseau Quilliams (2013) (territoire de la municipalité de Stukely-Sud)
  • Rapport de caractérisation du ruisseau Pearson (2014) (territoire de Ville de Lac-Brome)
  • Rapport de caractérisation du ruisseau Inverness (2015) (territoire de Ville de Lac-Brome).

 RLB est convaincue que ce rapport constitue une très bonne source de renseignements pour les responsables des municipalités concernées (Travaux publics) qui voudront appliquer les correctifs nécessaires à la qualité de l’eau ruissellant dans leurs fossés et sur leurs routes. Pour consulter les rapport, cliquez sur les liens qui suivent.

Caracterisation du Colbrook Caracterisation du Quilliams Caracterisation du Pearson Caractérisation du Inverness

Inventaire ornithologique 2011

L’inventaire de l’avifaune a été réalisé durant la période de reproduction de la plupart des oiseaux,  soit  du 7 au 9 juin 2011 inclusivement.  Le biologiste François Morneau a été responsable de mener  l’étude et d’identifier les oiseaux notamment grâce à leur chant ou cri distinctif.  En se déplaçant lentement en canot dans huit milieux humides, les oiseaux vus ou entendus dans un rayon de 75 mètres ont été notés.  La repasse de chant à l’aide d’un magnétophone a aussi été utilisée pour détecter la présence d’oiseaux aquatiques comme le Petit Blongios et les râles.

Au total 53 espèces d’oiseaux ont été repérées dans l’ensemble des huit milieux humides. De ce nombre, 12 ont été attribuées au groupe des anatidés et oiseaux aquatiques, 1 seul aux oiseaux de proie et 40 au grand groupe des passereaux et oiseaux terrestres. La plupart des espèces (50) ont été classées comme nicheuses.

Les anatidés (oies et canards) et oiseaux aquatiques

Cinq espèces d’anatidés (oies et canards) ont été identifiées :  la Bernache du Canada, le Canard branchu, le Canard colvert, le Harle couronné et le Plongeon huard.  Quant aux oiseaux aquatiques, les espèces suivantes ont été observées : le Butor d’Amérique, le Grand Héron, le Râle de virginie, la Bécassine de Wilson, le Goéland à bec cerclé et le Martin-pêcheur d’Amérique.

L’oiseau de proie

La seule espèce d’oiseau de proie observée a été le Balbuzard pêcheur dans le ruisseau Coldbrook.

Les passereaux et oiseaux terrestres

Cet important  groupe d’oiseaux réunissait plusieurs espèces de Pics (4), de Moucherolles (4), de Tyrans (2), de Viréos (2), d’Hirondelles, de Parulines (5), de  Bruants (2), etc. (Voir rapport pour la liste complète des espèces).  Deux mâles Troglodytes des marais ont été entendus au ruisseau Coldbrook. Cet oiseau relativement rare en Estrie affectionne les marais de quenouilles.

Répartition de la diversité avienne à travers les milieux humides

Tous les milieux humides du lac Brome ont montré une diversité importante d’espèces d’oiseaux. Ceux-ci sont d’une grande valeur pour l’avifaune qui y trouve des lieux pour s’alimenter, se reproduire et se reposer.  Les ruisseaux Quilliams et Coldbrook ont montré une diversité plus qu’intéressante avec respectivement 37 et 33 espèces d’oiseaux.  La protection des milieux humides autour du lac est essentielle pour éviter la disparition d’espèces à l’échelle locale. 

 

Inventaire herpétologique (amphibiens et reptiles) 2011

L’inventaire des amphibiens et reptiles a été effectué les 20 et 21 juin et les 1er et 2 août 2011 par le biologiste Patrick Galois. Plusieurs ruisseaux ont été parcourus en canot pour y observer notamment les tortues ou à pied sur les rives accessibles du lac autour de l’embouchure des ruisseaux pour y faire des fouilles et écouter les chants de reproduction des Anoures (grenouilles, rainettes et crapauds) en soirée. De plus, un effort a été consenti pour identifier des sites de reproduction des anoures et des sites de ponte de tortues.

Douze espèces herpétofauniques ont été confirmées par l’inventaire. De ce nombre on y compte un total de 5 espèces d’Anoures, de 3 espèces de Salamandres, de 1 espèce de Couleuvres et de 2 espèces de Tortues. Ces animaux ont été observés et/ou entendus sur une période de 4 jours dans les 8 stations d’inventaire autour du lac Brome (ruisseaux, marais, rivière).  De ces espèces d’amphibiens et de reptiles, 2 possèdent des statuts particuliers.  La Salamandre sombre du Nord est susceptible d’être désignée ‘’menacée ou vulnérable’’ par le Gouvernement du Québec (2011) et la Tortue serpentine, espèce désignée préoccupante au Canada par le COSEPAC (2011) (fédéral).

Les Amphibiens (Anoures et Urodèles):

Les Anoures et les Urodèles (salamandres, nectures et tritons ) sont représentés au Québec par respectivement 11 et 10 espèces. Au lac Brome,  l’inventaire a permis de confirmer la présence de 7 Anoures relativement bien dispersés (sauf ruisseau Inverness) dans les différents milieux humides : le Crapaud d’Amérique, la Grenouille des bois, la Grenouille du Nord, la Grenouille léopard, la Grenouille verte, le Ouaouaron et la Rainette versicolore.  De plus, il a été possible d’identifier plusieurs sites de reproduction des Anoures dans les milieux humides.

Quant aux Urodèles, 3 espèces ont été vues soient : la Salamandre à deux lignes, la Salamandre cendrée et la Salamandre sombre du Nord. 

Reptiles (Testudines et Squamates):

Les Testudinés ou Tortues comptent 9 espèces au Québec. Une de ces espèces, la Tortue serpentine, a été retrouvée dans l’ensemble des milieux humides sauf au ruisseau Argyll et au marais filtrant McPhearson. La seule autre espèce observée a été la Tortue peinte dans la rivière Yamaska (exutoire du lac), puis au ruisseau Pearson et au ruisseau Quilliams. Des traces de ponte ont été observées à proximité de certains cours d’eau.

Quant aux Squamates (serpents et lézards), ceux-ci sont représentés par 8 espèces de serpents au Québec et aucun lézard. Au lac Brome, l’inventaire a permis de trouver une seule espèce soit la Couleuvre rayée à la rivière Yamaska. 

Répartition de la diversité herpétofaunique à travers les milieux humides

Tous les milieux humides du lac Brome sont essentiels pour assurer la présence d’habitats permettant la réalisation des cycles biologiques des reptiles et amphibiens. La rivière Yamaska et les ruisseaux Pearson et Quilliams ont affiché une biodiversité impressionnante avec plus de 8 espèces  de reptiles et d’amphibiens.

Pour les amphibiens, les milieux humides sont des sites essentiels pour l’alimentation, l’hibernation, le repos mais aussi comme refuge aquatique et, parfois pour certaines espèces, comme site de reproduction. Les chercheurs s’entendent pour dire qu’une mosaïque de milieux humides inter-reliés comme ceux du lac Brome est fondamentale  pour le maintien à long terme de ces animaux (voir rapport). Des mesures de protection, comme une zone tampon riveraine incluse dans une zone de protection d’habitats terrestres, sont publiées et recommandées par des chercheurs afin de préserver ces animaux fragiles aux perturbations de leur milieu de vie.

Inventaire ichtyologique : (poissons) 2011

L’inventaire des amphibiens et reptiles a été effectué les 20 et 21 juin et les 1er et 2 août 2011 par le biologiste Patrick Galois. Plusieurs ruisseaux ont été parcourus en canot pour y observer notamment les tortues ou à pied sur les rives accessibles du lac autour de l’embouchure des ruisseaux pour y faire des fouilles et écouter les chants de reproduction des Anoures (grenouilles, rainettes et crapauds) en soirée. De plus, un effort a été consenti pour identifier des sites de reproduction des anoures et des sites de ponte de tortues.

Douze espèces herpétofauniques ont été confirmées par l’inventaire. De ce nombre on y compte un total de 5 espèces d’Anoures, de 3 espèces de Salamandres, de 1 espèce de Couleuvres et de 2 espèces de Tortues. Ces animaux ont été observés et/ou entendus sur une période de 4 jours dans les 8 stations d’inventaire autour du lac Brome (ruisseaux, marais, rivière).  De ces espèces d’amphibiens et de reptiles, 2 possèdent des statuts particuliers.  La Salamandre sombre du Nord est susceptible d’être désignée ‘’menacée ou vulnérable’’ par le Gouvernement du Québec (2011) et la Tortue serpentine, espèce désignée préoccupante au Canada par le COSEPAC (2011) (fédéral).

Les Amphibiens (Anoures et Urodèles):

Les Anoures et les Urodèles (salamandres, nectures et tritons ) sont représentés au Québec par respectivement 11 et 10 espèces. Au lac Brome,  l’inventaire a permis de confirmer la présence de 7 Anoures relativement bien dispersés (sauf ruisseau Inverness) dans les différents milieux humides : le Crapaud d’Amérique, la Grenouille des bois, la Grenouille du Nord, la Grenouille léopard, la Grenouille verte, le Ouaouaron et la Rainette versicolore.  De plus, il a été possible d’identifier plusieurs sites de reproduction des Anoures dans les milieux humides.

Quant aux Urodèles, 3 espèces ont été vues soient : la Salamandre à deux lignes, la Salamandre cendrée et la Salamandre sombre du Nord. 

Reptiles (Testudines et Squamates):

Les Testudinés ou Tortues comptent 9 espèces au Québec. Une de ces espèces, la Tortue serpentine, a été retrouvée dans l’ensemble des milieux humides sauf au ruisseau Argyll et au marais filtrant McPhearson. La seule autre espèce observée a été la Tortue peinte dans la rivière Yamaska (exutoire du lac), puis au ruisseau Pearson et au ruisseau Quilliams. Des traces de ponte ont été observées à proximité de certains cours d’eau.

Quant aux Squamates (serpents et lézards), ceux-ci sont représentés par 8 espèces de serpents au Québec et aucun lézard. Au lac Brome, l’inventaire a permis de trouver une seule espèce soit la Couleuvre rayée à la rivière Yamaska. 

Répartition de la diversité herpétofaunique à travers les milieux humides

Tous les milieux humides du lac Brome sont essentiels pour assurer la présence d’habitats permettant la réalisation des cycles biologiques des reptiles et amphibiens. La rivière Yamaska et les ruisseaux Pearson et Quilliams ont affiché une biodiversité impressionnante avec plus de 8 espèces  de reptiles et d’amphibiens.

Pour les amphibiens, les milieux humides sont des sites essentiels pour l’alimentation, l’hibernation, le repos mais aussi comme refuge aquatique et, parfois pour certaines espèces, comme site de reproduction. Les chercheurs s’entendent pour dire qu’une mosaïque de milieux humides inter-reliés comme ceux du lac Brome est fondamentale  pour le maintien à long terme de ces animaux (voir rapport). Des mesures de protection, comme une zone tampon riveraine incluse dans une zone de protection d’habitats terrestres, sont publiées et recommandées par des chercheurs afin de préserver ces animaux fragiles aux perturbations de leur milieu de vie.

Herbiers 2009

La firme de consultants en environnement Biofilia Inc a réalisé une étude sur les herbiers aquatiques du lac Brome afin d’améliorer les connaissances concernant le lac et fournir des recommandations visant à mieux contrôler et freiner l’expansion des plantes aquatiques. L’étude s’est effectuée en septembre 2009 sur 313 ha et couvre la zone littorale 0-3m du lac Brome.

Selon cette étude :

  • Les herbiers aquatiques couvrent une superficie de 208,8 ha représentant 14,4 % de la couverture du lac.
  • On retrouve 179,29 ha (85,87 %) d’herbiers submergés, 11,17 ha (5,35 %) d’herbiers flottants et 18,34 ha (8,78 %) d’herbiers émergents.
  • Un total de 35 espèces aquatiques ont été observées durant les inventaires;  Les espèces dominantes des herbiers submergés sont Chara sp., Elode canadensis, Heteranthera dubia, Najas flexilis, Sagittaria cristata et Vallisneria americana.
  • Les espèces dominantes des herbiers flottants sont Nuphar varigeata et Sparganium fluctuans.
  • Les espèces dominantes des herbiers émergents sont Eleocharis palustris, Pontederia cordata, Scirpus lacustris et Typha latifolia.
  • Une espèce susceptible d’être désignée menacée ou vulnérable, Utricularia gemmiscapa, a été retrouvée dans la portion est de la baie où se situe la marina Knowlton.
  • Un total de 15 échantillons de sédiments a été prélevé. La profondeur des sédiments mous varie de 5 cm à 70 cm.
  • Les zones eutrophes, mésotrophes et oligotrophes couvrent respectivement 102,39 ha (32,7 %), 66,01 ha (21,13 %) et 136,17 ha (43,58 %) de la zone littorale 0-3m (313 ha).
  • Dans l’ensemble, le lac Brome pourrait être considéré, au niveau d’eutrophisation équivalent des herbiers aquatiques, comme étant un lac oligotrophe.
  • Les herbiers aquatiques semblent avoir disparu dans certains secteurs et augmenté dans d’autres en comparaison à ceux relevés en 1974 et 1979. On note une diminution dans la baie Robinson, au nord-ouest du lac et à la plage Douglas et une augmentation entre l’exutoire du lac et le ruisseau Quilliams.
  • À long terme, un apport continu de limons, de matières organiques et de nutriments peut, selon les quantités, rendre inutiles les efforts d’aménagement d’un lac.
  • On relève trois (3) grands secteurs où l’on recommande que des actions inter-municipales soient apportées à l’échelle du bassin versant pour éviter les problèmes d’eutrophisation accélérés du lac. Ainsi, des efforts de rétablissements du plan d’eau doivent débuter par :
    • un plan directeur de reboisement des bandes riveraines de tout le bassin hydrographique du lac Brome;
    • un programme de contrôle de l’érosion et de sédimentation applicable aux infrastructures routières;
    • un plan de gestion des sources de nutriments (phosphore, nitrite, nitrate, etc.)visant à empêcher leur transport dans le bassin versant.

Pour en savoir plus :

Étude des herbiers aquatiques du lac Brome

Carte Herbiers Lac Brome (1470)

Lac Brome Rapport V3 Finale 14-12-2009 (3206)

Interventions de nuit: inventaire du doré jaune 2016

Du 6 au 9 octobre prochains, Renaissance lac Brome procèdera à un inventaire de nuit (du soleil couchant au soleil levant) des populations de doré jaune du lac Brome.  Les captures permettront d’évaluer l’état des populations suite à l’analyse des données suivantes : 1) longueur et masse 2) blessures et anomalies et 3) maturité et âge des individus. Une équipe d’experts biologistes et techniciens de la faune déploieront des dispositifs de pêche sur le lac.

Durant les inventaires, les utilisateurs du lac sont priés de ne pas nuire au travail des professionnels et ce, afin d’assurer leur sécurité et le bon déroulement des opérations.  Cet inventaire sera répété à l’automne 2017.

Rappelons que la mission de Renaissance lac Brome est de travailler à l’atteinte de la meilleure qualité de l’eau et des écosystèmes du lac Brome et de ses affluents.

Merci de votre collaboration

État de la population de dorés jaunes au lac Brome 2016

Au cours des deux prochaines saisons automnales (2016 et 2017), des biologistes et techniciens de la faune procèderont à des inventaires de la population de dorés jaunes du lac Brome.

Ces inventaires permettront d’évaluer l’état des populations suite à l’analyse de données suivantes :  1) longueur et masse 2) blessures et anomalies 3) maturité et âge des individus.

Afin de rendre l’étude davantage robuste au plan statistique et conséquemment permettre une plus grande justesse quant à l’interprétation des résultats, Renaissance lac Brome (RLB) sollicite les pêcheurs pour participer à l’étude.

Renaissance lac Brome demande aux pêcheurs intéressés de compléter le présent formulaire pour chacune de vos prises de doré jaune au lac Brome. Merci à l’avance.

 

avis-aux-pecheurs-consultation-publique 2013

En prévision d’une importante étude sur les poissons du lac Brome à l’été 2013, Renaissance lac Brome souhaite documenter l’activité de pêche.

Plusieurs questions seront posées aux adeptes de pêche : les espèces capturées, la taille des poissons, les poissons rares ou disparus, les malformations, les préoccupations, etc.

 RLB convie donc tous les pêcheurs intéressés à une rencontre de consultation où ils pourront exprimer leurs observations et leurs préoccupations : 

− Centre Lac-Brome

− 270 Victoria 

− Samedi le 6 avril 2013, de 9 :30 à 11 :30

 Bienvenue à tous.

PS.: Jean-François Desroches et Isabelle Picard experts québécois a qui RLB a confié le mandat de réaliser cet important inventaire des poissons au lac Brome viennent de publier « Poissons d’eau douce du Québec et des Maritimes », un livre-référence d’identification complet et détaillé. Des livres seront disponibles sur place. Avis aux intéressés.

Les inventaires poissons sont maintenant terminés 2013

 Au début d’octobre, une équipe du ministère du développement durable, de l’environnement, de la faune et des parcs (MDDEFP) était au lac Brome. Il s’agissait de la troisième phase du projet d’inventaires des poissons. Toute la semaine, les biologistes du ministère se sont affairés à inventorier les poissons présents dans le littoral à l’aide de la senne.

 On se rappellera que les premières phases avaient consisté en des prises au filet maillant sur 15 stations pré-déterminées. Finalement, des plongeurs professionnels ont exploré les fosses et quelques autres zones ciblées pour nous rapporter des photos et des vidéos.

 Les résultats de ces inventaires seront publiés et présentés au printemps 2014, en particulier lors de notre assemblée publique du mois de mai.

Un grand merci à tous nos partenaires pour cet important projet: Ville de Lac-Brome, Pacte rural de la MRC Brome Missisquoi, Ministère du Développement durable, de l’environnement, de la faune et des parcs (MDDEFP). 

L’inventaire des poissons est en voie d’être terminé 2013

 En juin 2013, Renaissance lac Brome a réalisé la première phase du projet d’inventaire des poissons. En juillet, des plongeurs professionnels ont visité les fosses et ont pu filmer et photographie plusieurs espèces de poissons.

En août nous réalisons la troisième étape de ce projet en complétant les inventaires de poissons dans 25 stations spécifiques permettant ainsi de couvrir tout le lac. Les résultats seront connus au début de l’année 2014. Déjà nous sommes en mesure de prévoir plusieurs surprises intéressantes.

Il s’agit d’un projet réalisé en partenariat avec le MDDEFP. Sur la photo on aperçoit deux agents de la faune accompagnant le 14 août nos 2 biologistes experts chargés de ce projet.

Please do not put your leaves in the lake! 2017-10-23

Fall is upon us and with the warm weather we have been experiencing, most shoreline dwellers are no doubt busy preparing their flower beds for the winter months and raking leaves.

Unfortunately, many residents, whether due to a lack of information or simple carelessness, continue to get rid of their raked leaves, garden plant wastes and even potting soils by dumping everything into the lake. This contributes to an increased level of phosphorous in the lake, something it can do without. We should never throw anything into the lake nor even leave piles of organic material near the lake or another body of water.

Please do not put leaves or any other type of vegetation in the lake. The health of the lake is fragile and these activities compromise our work. Instead, take advantage of the town’s annual pick-up of leaves or visit the Ecocentre with your garden waste materials. Better still, recycle your leaves in a compost bin or pile well away from the lake, and you will receive the benefit of free compost to condition your garden next year.

Thank you on behalf of the lake and all those who pay attention to this issue.

"

ARTICLES RÉCENTS

CATÉGORIES

ARCHIVES

h

DOCUMENTS RELATIFS À CETTE PAGE

h

AUTRES DOCUMENTS

h

LES RICHESSES DU LAC,  J’Y TIENS

pdf

vivaces_rappel

Poids: 1.20 MB
Téléchargements: 53
pdf

plantes_couvre-sol_stabil

Poids: 38.00 KB
Téléchargements: 44
pdf

liste_arbustes_et_photos

Poids: 808.41 KB
Téléchargements: 63
pdf

implantation_pelouse

Poids: 243.10 KB
Téléchargements: 53
pdf

graminees_rappel

Poids: 1.10 MB
Téléchargements: 53
pdf

entrepreneurs_intervention

Poids: 6.31 KB
Téléchargements: 51
pdf

emplacement_arbustes_sur_rive

Poids: 135.81 KB
Téléchargements: 53
pdf

definition_bande_riveraine

Poids: 164.29 KB
Téléchargements: 49
pdf

debits_2010_UQAM

Poids: 2.62 MB
Téléchargements: 52
pdf

carte_herbiers_lac_brome

Poids: 3.64 MB
Téléchargements: 50
pdf

bande_riveraine_reglements

Poids: 115.31 KB
Téléchargements: 83
pdf

arbustes_rappel

Poids: 1.42 MB
Téléchargements: 54
pdf

arbre_rappel

Poids: 1.24 MB
Téléchargements: 56
pdf

Rapport_Besré Final_2.1

Poids: 952.36 KB
Téléchargements: 39
pdf

PlantesAquatiques

Poids: 8.09 MB
Téléchargements: 42
pdf

PROJET SUR LA NATURALISATION DES RIVES

Poids: 275.20 KB
Téléchargements: 99
pdf

Gestion_barrage_Foster_Final

Poids: 485.43 KB
Téléchargements: 51
pdf

GUIDE_nettoyage_embarcations_MFFP

Poids: 1.29 MB
Téléchargements: 50

Liens et partenaires

Liens et partenaires

Renaissance lac Brome bénéficie du soutien financier de plusieurs organismes. Sans eux, plusieurs projets ne pourraient voir le jour. Ce sont principalement:

La mise en place de projets afin d’améliorer la qualité de l’eau repose sur la collaboration de plusieurs intervenants. Divers ministères du gouvernement du Québec interviennent par :

  • des règlements sur les installations septiques ;
  • le suivi des plans d’eau contaminés ;
  • l’attribution de montants pour des projets pilote (gestion du ruissellement, le contrôle de l’érosion ou de    stabilisation des berges).

La MRC Brome-Missisquoi a la responsabilité d’établir une politique de gestion des cours d’eau et d’en faire le suivi.

Les municipalités de Bolton-Ouest, du Canton de Shefford, de Stukely-Sud et ville de Lac-Brome adoptent des règlements concernant l’amélioration de la qualité de l’eau :

  • La naturalisation et la protection des bandes riveraines
  • Les mesures visant le contrôle de l’érosion
  • L’utilisation des pesticides et les engrais
  • L‘entretien des installations septiques
  • La protection des milieux humides et des cours d’eau

Sites Internet officiels

Ville de lac Brome

Ministère du Développement Durable, de l’Environnement et des Parcs

MDDEP, section Algues bleu-vert

Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie

MRC Brome-Missiquoi

Fédération Québécoise des Municipalités (FQM)

Apiculture Sirois

Organismes environnementaux

OBV : Organisme du bassin de la Yamaska

ACBVLB – Association de conservation du bassin versant du lac Bromont

CSBVLD – Comité de sauvegarde du bassin versant du lac Davignon

ABVLW – Amis du bassin versant du lac Waterloo

ACA – Corridor appalachien

COGESAF : Comité de gestion du bassin versant de la Rivière Saint Francois

RAPPEL : Regroupement des Associations Pour la Protection de l’Environnement des Lacs et des cours d’eaux de l’Estrie et du haut bassin de la rivière Saint-François

ROBVQ : Regroupement des Organisations de Bassin Versant du Québec

Fondation Rivières

Coalition Eau Secours!

Greenpeace

Entreprises locales