English

Apports en phosphore et fertilisants

Le phosphore (P) est l’élément déterminant pour la prolifération des cyanobactéries. Pour éviter la dégradation de l’eau, il est essentiel d’en diminuer l’apport.
Or, la nature fait bien les choses. Le phosphore est un élément présent dans la nature en quantité très limitée. Sa contribution est essentielle à la croissance des organismes vivants, tout comme l’azote (N) et le potassium (K).
 
Malheureusement, l’activité humaine perturbe le cycle naturel du phosphore avec pour résultat qu’une trop grande quantité de phosphore se retrouve dans les plans d’eau, modifiant l’équilibre naturel et faisant en sorte que la bio-masse (plantes aquatiques, cyanobactéries, etc.) se trouve anormalement stimulée (on parle souvent d’un ratio de 1 pour 500, c’est-à-dire que 1 kg de phosphore peut entraîner la production de 500 kg de biomasse). On dira que le lac est trop productif et que son vieillissement s’en trouve accéléré (eutrophisation).
La figure 1 montre les principales sources de phosphore contaminant les cours d’eau et les lacs.
 
Figure 1 adaptée de : Parent, J.-E., Le flux et la dynamique du P dans les sols agricoles québécois, Colloque sur le phosphore, une gestion éclairée, novembre 2002. L’examen de cette figure fait ressortir:
 
L’examen de cette figure fait ressortir:
 
  • Le phosphore peut être particulaire ou soluble (dissous). La plupart du temps (70% à 90%), il est particulaire et s’attache aux particules fines du sol, lesquelles sont entraînées par le ruissellement des eaux vers les cours d’eau.
  • Les sources de production de phosphore sont nombreuses et la plupart du temps anthropiques (par l’homme).
 
La figure 2 montre les principales sources d’entrées de phosphore dans le lac. Ajoutons que les sédiments déjà présents dans le lac contiennent de grandes quantités de phosphore, résultats de l’insouciance passée. Ce phosphore, selon certaines conditions, peut être relâché dans la colonne d’eau et redevenir disponible pour les plantes et les algues. Cette source importante au lac Brome pourra être éventuellement diminuée si les apports par le bassin versant sont radicalement réduits et si le lac parvient à « reprendre le dessus » (par le processus de renouvellement de l’eau qu’on sait être de 10 mois au lac Brome et par l’évacuation à l’exutoire).
 
RLB a comme cible stratégique de réduire de 50% l'apport de phosphore dans le lac sur 5 ans soit 10 % par an. Le plan d’action de RLB pour réduire le phosphore

Figure 2 : Origine du phosphore

Les fertilisants aux fins esthétiques, INTERDITS!

Toutes les municipalités du bassin versant doivent faire en sorte qu'il soit interdit d'épandre tout fertilisant
sur les pelouses. Ville de Lac-Brome a déjà adopté une telle mesure dès 2010 En 2011, les terrains de golfs de la municipalité seront assujettis au même règlement.
 

Pour en savoir plus:

Les sources de phosphore, article par Peter F. Wade

Tableau comparatif des concentrations en phosphore pour les principales marques de savon pour lave-vaisselle.

Les fertilisants, l'eau du lac et de ses affluents, RLB, 2008

Dossier de CAA-Québec "Infestations d’algues toxiques : comment les éviter?"